Football: L’entretien de Madjid Bougherra au site de la FAF

Depuis sa désignation à la tête de la sélection nationale des joueurs locaux, l’ancien capitaine des Fennecs Madjid Bougherra a préféré se fondre d’abord dans le staff de l’équipe A aux côtés de Djamel Belmadi, de prendre part aux sorties des Verts durant les mois d’octobre et novembre 2020 puis mars 2021, avant de se poser à Alger pour suivre le début de la saison 2020/2021 en Algérie.

  • Comment va Madjid avec cette pandémie de coronavirus qui a chamboulé la vie de la planète toute entière ?

‘’Jusqu’ici tout va bien al hamdulilah. J’ai évidemment une pensée pour toutes celles et ceux qui ont été touchés par le covid-19, et j’aimerais également rendre hommage aux personnes qui nous ont quittés ainsi qu’aux services médicaux qui redoublent d’efforts pour sauver des vies.

Comme vous l’avez précisé, la pandémie a bouleversé le quotidien de chacun d’entre nous et impacté nos activités respectives quel que soit le domaine professionnel dans lequel on évolue.’’

  • C’est un Bougherra appliqué, passionné, motivé et surtout impliqué dans le travail de la sélection A. Peut-on dire que ce sont des signes qui ne trompent pas sur le Bougherra qui sera dans ses nouvelles fonctions avec la A’ ?

‘’En tant que joueur ou entraineur, il est impératif d’être impliqué et appliqué pour exister et performer au haut niveau, et encore plus au niveau international.

Pour ce qui relève de la passion et de la motivation, ces notions sont décuplées lorsqu’il s’agit des intérêts du pays et du peuple algérien. Et puis, j’ai l’honneur et la chance de travailler avec le sélectionneur national.

Son professionnalisme est une leçon permanente, je me nourris de son expertise depuis plusieurs années maintenant. Ce sont donc des valeurs de travail et de discipline que je veux transmettre à la sélection A’.’’

  • Une fois à Alger, vous avez tout de suite entamé votre travail, et discrètement, en allant superviser plein de matchs de préparation des clubs de la Ligue 1 puis vous avez assisté aux matches de championnat ? Peut-on connaître vos premiers ressentis et une évaluation de ce début de saison après près de huit mois d’arrêt ?

‘’Dès novembre j’ai effectivement eu l’opportunité de voir les matches amicaux, ainsi que les matches de championnat. Nous avons observé la totalité des clubs. On a établi une liste élargie de joueurs qu’on supervise avec le staff sur la durée. Les équipes reprenaient progressivement le rythme.

On a ciblé de jeunes joueurs caractérisés par un potentiel intéressant. D’autres joueurs plus expérimentés ont également retenu notre attention et auront un rôle prépondérant dans l’équilibre de l’équipe. En tous cas je suis satisfait et optimiste pour la suite.’’

  • Après cette première phase, quel est votre plan d’attaque pour les deux prochaines échéances, d’autant que dans une année la sélection sera appelée à disputer une compétition de taille : la Coupe Arabe de la FIFA au Qatar ?

‘’Effectivement, une compétition disputée dans les stades dédiés à la Coupe du monde 2022, avec une organisation de Coupe du monde, une couverture médiatique internationale, un scouting assuré par les clubs européens, etc. ; autant d’éléments qui servent de facto à motiver les joueurs.

Les joueurs participant à cette compétition auront en outre l’opportunité de performer à un mois de la Coupe d’Afrique 2022 au Cameroun. Les prestations en club seront donc déterminantes pour ceux qui ambitionnent de prendre part à cette compétition.’’

  • Il y a seulement quelques jours, il y a eu le tirage de cette Coupe Arabe de la FIFA Qatar 2021. Quelles sont vos premières impressions à ce sujet justement ?

‘’On a l’Egypte, qui est une équipe qui n’est plus à présenter avec beaucoup de joueurs qui évoluent dans le championnat égyptien et en sélection. Donc on aura là, une équipe qui possède beaucoup d’automatismes, une habitude de jouer ensemble avec une très bonne expérience. On peut également se retrouver avec des sélections comme la Libye et le Soudan. Ce sont des sélections qui ont la même physionomie, le même profil que l’Egypte, avec des joueurs qui évoluent ensemble en équipe première. Il y a aussi la possibilité de retomber sur Djibouti, une équipe qu’on jouera en juin prochain, voire la sélection du Liban. Mais toutes ces équipes ont un point commun, à savoir posséder des joueurs qui ont l’habitude d’évoluer ensemble. En somme, un groupe difficile en perspective en attendant les matchs préliminaires pour connaître nos deux autres adversaires.’’

  • Un avis également sur cette compétition, son importance, son impact, le Qatar et ses infrastructures …

‘’Cette compétition est une belle opportunité pour les sélections arabes de profiter de ce tournoi pour jouer dans les futurs stades de la Coupe du Monde. Cela permettra au Qatar de se préparer et de mettre en mode de fonctionnement réel les infrastructures réalisées pour le grand événement de 2022. Un test grandeur nature pour une Coupe du Monde qui aura lieu un an après est important. Et, pour avoir évolué là-bas, je pense sincèrement que ce sera l’une des plus belles coupes du Monde de toute l’histoire, en termes d’organisation avec des infrastructures très abouties sur le plan technologique ; un positionnement haut de gamme pour un pays très développé qui se passionne pour le football et qui ne cesse d’investir considérablement dans ce sens. Même en tant que joueur, nous étions dans des conditions de travail optimales. Il suffit d’observer les stades de la Coupe du Monde qui sont de véritables bijoux architecturaux. Aucun doute sur le fait que la Coupe du Monde au Qatar sera inoubliable.’’

  • Quelles sont les chances algériennes pour cette prochaine Coupe Arabe de la FIFA Qatar 2021 ?

‘’D’abord, le projet de l’équipe A’ est étroitement lié à celui de l’équipe A, et je reste sur la même vision que le coach de la sélection nationale, c’est-à-dire nourrir des ambitions. Nous serons habités par la volonté de gagner cette Coupe Arabe, c’est une certitude. Il faut toutefois garder à l’esprit que ce sera une épreuve relevée. A nous de tout mettre en œuvre pour la préparer comme il se doit et permettre aux joueurs de performer là-bas inch’Allah’’.

  • Les joueurs professionnels évoluant dans les pays arabes seront-ils de la partie ?

‘’Ce qu’il faut dire, c’est qu’on n’a pas attendu le tirage au sort pour commencer à travailler, à planifier. On connaissait le déroulement de cette compétition et c’est donc une réflexion qu’on a eu avec le sélectionneur national et tout le staff.

Ce qu’il faut savoir, c’est que les championnats des pays du Golf, d’Egypte, d’Algérie et autres pays arabes seront tous à l’arrêt, et là on va être confronté à des joueurs de la sélection qui seront inactifs sachant qu’il y a une CAN à jouer un mois et demi après au Cameroun. Ce sera l’occasion de permettre à ces joueurs de ne pas rester inactifs et de garder ce rythme de compétition, parfaire les automatismes entre eux. Il n’y a pas mieux de préparer une Coupe d’Afrique en disputant une compétition pareille, d’autant plus que le niveau sera très certainement élevé.

Pour les joueurs évoluant en Algérie, comme je le disais précédemment, ce seront les plus méritants. Une opportunité de les voir au plus haut niveau. Et à ce sujet, à force d’analyses, nous avons la possibilité de sélectionner certains d’entre eux. A l’approche de la CAN 2021 (qui aura lieu en 2022), on souhaite donner l’opportunité au sélectionneur national de la A en cas de blessures ou méforme de puiser dans cette équipe qui ira à Doha.’’

  • Ce sera quand justement le premier stage de cette sélection à laquelle vous êtes à la tête depuis quelques mois déjà ?

‘’C’est une bonne question, car elle me permet d’éclaircir ce point essentiel. D’abord, le championnat algérien était à l’arrêt durant huit mois et il n’a repris que vers la fin du mois de novembre 2020. Avec une saison particulière et très chargée, puisqu’il y a 38 journées à disputer, les choses n’étaient pas faciles. D’ailleurs, on est au mois de mai et on vient de boucler la phase-aller.

On était donc confronté à une saison très difficile et complexe avec beaucoup de matchs qui s’enchaînaient et des clubs engagés en Coupes africaines. Nous avions donc cette opportunité d’effectuer une observation assidue qui nous a permis d’avoir une idée claire sur le championnat algérien, et sur les joueurs.

Par contre, il était impossible pour nous d’organiser un stage durant toute cette période, de décembre 2020 à mai 2021, et pénaliser les joueurs vis-à-vis de leurs clubs. La priorité était donnée aux clubs pour bien préparer leurs matchs et faire face déjà à une saison difficile avec des matchs quasi 2 fois par semaine pour les équipes concernées par les compétitions internationales et qui représentent une grande partie des joueurs sélectionnables.

Aujourd’hui, on arrive pratiquement à la fin de l’observation et le premier stage serait organisé vers la mi-juin, puisque les joueurs seront toujours en compétition et on enchainera après le stage de l’équipe A.’’

  • On a toujours en souvenir le nombre de joueurs sortis de la sélection des A’ qui ont disputé le CHAN 2011 et qui ont rejoint la première sélection du pays ; serons-nous un peu dans les  mêmes perspectives et démarches ?

‘’Ce fut d’ailleurs notre seule et unique qualification au CHAN depuis sa création. M. Benchikha avait réalisé un excellent travail. Cela reste une référence à garder en mémoire. De cette génération CHAN 2011, certains joueurs sont devenus champions d’Afrique et/ou ont participé à la Coupe du monde.

L’objectif est de constituer une génération qui pourra à court, moyen ou long terme alimenter l’équipe nationale A et une équipe nationale A’ pour le CHAN 2023.’’

  • Un mot pour conclure …

‘’Pour conclure, je vais vous donner un exemple très simple. En décembre 2018, l’équipe nationale sous la conduite de Djamel Belmadi, celle composée essentiellement de joueurs locaux, a joué au Qatar (victoire 1 à 0). Sept mois plus tard, alors que nous avions un match de barrage important contre le Maroc, la quasi-totalité des joueurs du match du Qatar ne figurait pas sur la liste ; c’est pour vous dire qu’à chaque mercato, des joueurs partent à l’étranger, ce qui perturbe l’ordre établi des choses. Au 1er septembre 2022, date correspondant à la fin du mercato, nous seront à même de dire vraiment voici le groupe qui participera au CHAN en janvier2023.

Enfin, saha ftorkoum, Ramadhan kareem à tous les algériens et à l’occasion Aïd Moubarak d’avance.’’

Interview exclusive pour le site faf.dz

About redaction

Check Also

Football: Benzia évoque son avenir

Auteur d’une saison magnifique avec le Qarabag FK, le meilleur joueur algérien du dernier stage …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *