Football: Les vérités de Djamel Belmadi sur le dossier Adli, Aouar et Ait Nouri

Très attendue, la conférence de presse de Djamel Belmadi qui précède les deux matches amicaux face à la Guinée et le Nigéria est loin d’avoir été routinière. Loin s’en faut. Actuellement aidant, le coach des Verts a tenu quelques propos forts notamment lorsqu’il avait eu à évoquer le cas des binationaux.

En effet, au moins deux joueurs (Adli et Aouar) étaient annoncés dans le groupe des Verts à l’occasion de la fenêtre FIFA de ce mois de septembre. Finalement la liste est tombée et hormis la convocation de Merizegue et le rappel de Bentaleb, aucun nouveau joueur n’a été sélectionné. Pourquoi ? Djamel Belmadi a apporté dans son réquisitoire quelques éléments de réponse sans pour autant être incesif. « Beaucoup de rumeurs circulent dans la presse nationale par rapport à la présence des joueurs comme Aouar, Adli et Aït-Nouri, mais les choses évolueront lors des prochaines dates Fifa, en attendant de régler les procédures liées au changement de la nationalité administrative de ces joueurs », a-t-il dit dans un premier temps, se voulant même serein quant à un dénouement heureux de ces dossiers, avant d’évoquer des « entraves administratives qui peuvent bloquer la démarche des joueurs qui ont décidé de rejoindre l’équipe nationale, notamment le changement du passeport administratif, une procédure qui se fait conjointement avec la Fédération algérienne de football (FAF). On verra plus clair lors des prochaines dates Fifa. Ce sont des joueurs de qualité. On est persuadé qu’ils auraient un impact comme les Feghouli, Mahrez. Vous saurez s’ils ont été approchés ou plus qu’approchés par le sélectionneur, et vous saurez surtout s’ils ont envie de rejoindre les Verts. Je les ai contactés depuis le jour où j’ai mis mes pieds en équipe nationale », explique t-il avant d’interroger à son tour la presse pourquoi « n’allez-vous pas directement voir ces joueurs et les interroger sur leurs projets avec la sélection. Demandez-leur si on les a contactés. Si on un fait le travail qu’il fallait, voire plus, pour les inciter à porter le maillot de l’EN », s’est interrogé le coach des Verts qui a essayé de rester carré dans sa réponse pour ne pas avoir à »compromettre l’avenir de ces joueurs avec la sélection ».

Interrogé également sur le retour d’Andy Delort, Belmadi a été clair et sans équivoque sur le cas de l’attaquant niçois qu’il n’aurait jamais sélectionné pour le Mondial si l’Algérie s’était qualifiée. « C’estlort qui s’était auto-exclu. Moi, je n’ai condamné personne, j’ai ramené des joueurs qui avaient fait des choses aussi. Personne n’a le monopole du patriotisme, je n’ai jamais fermé de porte à qui que ce soit. Si nous avions été en Coupe du Monde, Delort n’aurait pas été là. Nous devons être logiques et clairs là-dessus, ceux qui ont fait la campagne, dans les endroits difficiles, auraient eu ce mérite. Andy m’a communiqué des éléments d’ordre privé, que je ne pouvais pas savoir parce qu’il ne m’en avait pas parlé. J’ai tendance à le croire », explique t-il.

Enfin, s’il a refusé d’évoquer la situation de Riyad Mahrez avec Manchester City, assurant que son capitaine s’inscrit dans le projet de l’équipe nationale, le coach national a défendu avec vigueur Rais Mbolhi, absent pour le regroupement de ce mois de septembre. « M’Bolhi est dans nos plans, il est sélectionnable mais il y a d’autres gardiens et j’aime ça. Mandréa pourrait être absent, il s’est blessé hier en championnat. Si Mandréa n’est pas là, je ne pense pas appeler M’Bolhi, on va le laisser tranquillement en club. Medjadel a du potentiel, comme l’a dit Aziz Bourras, mais je pense que l’on va piocher du côté de l’EN A’ de Madjid (Bougherra, ndlr) ».

Nassim A.

About redaction

Check Also

Football: Coupe de France: Benrahma savoure

Deux matchs seulement ont suffi pour l’attaquant algérien Said Benrahma pour s’imposer avec sa nouvelle …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *