Football: Nomination d’Arama: à quoi joue le CSC ?

Exit Yacine Bezzaz, les dirigeant du CSC ont opté pour un ancien de la maison pour lui succéder: Tarek Arama. Quoi de plus normal diriez-vous, étant donné que l’ancien défenseur connaît bien l’équipe et présente, de ce fait, toutes les qualités pour être l’homme de la situation.

Seulement voilà Tarek Arama est toujours sous le coup d’une suspension de deux ans de toute activité en lien avec le football que lui avait infligé la commission de discipline, le 10 juin 2016. 

A l’époque, Arama avait été reconnu coupable dans la fameuse affaire des enregistrement téléphonique dans lequel on l’entend clairement demander des « motivations » à ses interlocuteurs de la JSK pour  l’USMA, avec qui cette dernière était en concurrence pour le titre.

Ce qui dérange dans la nomination de Arama c’est le fait est que la direction du club est pleinement consciente de la suspension. Pour contourner les règles, le board du CSC prévoit d’installer officiellement Tarek Arama le mois de juin prochain, soit au lendemain de l’expiration de sa suspension. Néanmoins, du point de vue de l’éthique, rappeler un dirigeant condamné pour des faits de corruption est une manière de la cautionner. Cela prouve en tous les cas que ceux qui décident en hauts lieux sont en train d’improviser. 

Nassim A.

About redaction

Check Also

Football: Othman Sahbane nouveau président de l’USM Alger 

Le groupe Serport, propriétaire majoritaire de la SSPA USM Alger, a procédé ce matin à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *